[Actualités] Facebook Dad ou le malaise de millions de parents.

La vidéo du père qui démolit l’ordinateur de sa fille à coups de pistolet récolte un nombre record de commentaires sur YouTube. Son geste interpelle les familles du monde entier.

Caroline du Nord, le 7 février 2012. Tommy Jordan vide son chargeur sur le laptop de sa fille. La raison: l’ado rebelle venait d’insulter ses parents sur Facebook, se plaignant au passage d’être soumise à différentes tâches ménagères.

Ce classique problème d’éducation et de respect, immortalisé dans une vidéo postée sur YouTube, fait un carton. La séquence a été vue plus 28 millions de fois depuis le 8 février. La réponse disproportionnée et brutale du père est un des ressorts de ce buzz. Mais pas seulement.

Si cette vidéo circule autant, c’est qu’elle cristallise une vraie question de société : la surveillance des enfants et des ados sur internet. Nombre d’adultes sont totalement désemparés face à l’activité en ligne de leur progéniture, leur sécurité, leurs dérapages.

La vidéo la plus commentée du moment

Preuve que cette question interpelle, l’avalanche de commentaires suscités par la séquence. Plus de 230 000 en deux semaines, ce qui en fait une des vidéos les plus discutées du moment.

Ce succès n’étonne pas Nicole Perrenoud Treyvaud, conseillère en prévention à la fondation Santé bernoise. L’organisation a lancé cette année cybersmart.ch, un site d’information, de conseils et de prévention des dangers liés à internet. «Les nouvelles technologies sont un grand défi pour les parents, note la spécialiste. Ils sont souvent démunis face à ces questions, ce qui les pousse parfois à avoir une approche répressive, ou alors laxiste, et pas forcément adaptée ».

Pas besoin toutefois d’être un crack en informatique pour sécuriser les activités de junior sur la toile. «Le relationnel avec l’enfant est plus important que les compétences techniques», estime Nicole Perrenoud Treyvaud. C’est ce que semble montrer la vidéo de Tommy Jordan.

Informaticien, il a beau savoir ce que sa fille publie sur Facebook, il ne parvient pas à l’encadrer. «Ce père manque clairement d’outils collaboratifs pour avoir un dialogue constructif avec son enfant», relève la conseillère en prévention. C’est ce genre d’outils que la fondation Santé bernoise tente d’enseigner lors de cours destinés aux parents et aux enseignants.

Parler plutôt qu’espionner

Maître mot: la discussion. Sur les risques d’internet et sur son utilisation responsable. Des mesures toutes simples permettent aussi de garder un œil sur le comportement en ligne des mineurs, comme placer l’ordinateur dans une pièce commune plutôt que dans la chambre de l’enfant. Pour les ados, on conviendra d’horaires pour surfer, et de règles. «Mais le dialogue et la sensibilisation doivent commencer avant l’adolescence pour être efficace», souligne Nicole Perrenoud Treyvaud.

La spécialiste en prévention ne voit pas d’un bon œil les outils qui permettent aux parents d’espionner leur progéniture sur le net ou la création d’un profil Facebook dans ce même but. «Les plus jeunes ont aussi droit à un espace privé sur internet, comme leur chambre ou un journal intime, et surveiller ne rime pas forcément avec fouiner.»

Gallery | This entry was posted in Insolite and tagged , , , , , , , . Bookmark the permalink.

One Response to [Actualités] Facebook Dad ou le malaise de millions de parents.

  1. Pingback: Facebook Dad ou le malaise de millions de parents. « L'info "Autrement" cftc hus

Laisser un commentaire

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Changer )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Changer )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Changer )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Changer )

Connecting to %s